top of page

Vous prendrez bien un dessert !

Sur le chemin de table, dans une bouquetière en porcelaine de Sèvres, trois branches de glaïeul tirent leur révérence.

Les trois pur-sang de la table s’impatientent, essayant de deviner le délice qui va clore leurs savoureuses agapes.

L’aîné annonce une couleur : jaune tel le premier éclat du printemps.

Ce fin gastronome y voit une mosaïque à fond d’or sur un arc roman.

Le maître pâtissier va-t-il nous offrir le morceau d’une fresque byzantine couleur topaze ?

Le deuxième imagine un polygone où s’amuse la lumière dans les six déclinaisons : jaune, ocre, safran, ambre, roux et terre de Sienne.

Une exquise proportion où s’inscrit l’inspiration d’un poète.

Le troisième évoque un théâtre grec où chaque pierre est caressée par le chant des Muses.

Il ajoute la jaune floraison d’un kapokier, incontournable résonance où, à son tour, fleurit la poésie.

La lune s’est levée au-dessus de la rue de Ponthieu* ; elle prête son clair flambeau à cette joviale tablée.

Puis trois autres lueurs brillent à l’évocation de Carême, de Brillat-Savarin et de Grimod de la Reynière.

Enfin, la voie lactée s’ouvre pour accueillir le parfum, la saveur et l’arôme grandeur nature d’un croquant millefeuille fourré de crème au citron de Menton, œuvre d’un pâtissier qui maîtrise son art avec la vraie modestie des artistes de talent.

Les éclats de pâte croustillante font merveille avec un AOC Jurançon, 2010, vin liquoreux d’une grande finesse, qui exhale des arômes de citron et de pamplemousse légèrement confits.

Le Petit Manseng, son cépage pyrénéen, a fait la renommée de ce vin blanc moelleux, notamment depuis qu’Henri IV fut baptisé avec une goutte de Jurançon.

Les joutes gourmandes fusent de toutes parts.

Les amoureux de la table, nourris de belles lettres et épris de culture, déclament que le bien manger est à classer parmi les beaux-arts.

Gloire aux chantres de la bonne chère.

Gloire aux gastronomes qui savent marier un dessert avec la couleur et le bouquet d’un vin de la bonne année.

Roland Souchon

été 2023

* lieu de l’origine du mot délice

Comments


A l'affiche
Chroniques récentes
Archive
bottom of page