Portrait

Roland SOUCHON

Né le 2 mars 1950

 

A Chamalières

(Puy-de-Dôme)

 

 

Autodidacte

 

Expositions :

 

PARIS

Salon de la Marine (Palais de Chaillot)

Galerie Vieille du Temple

Espace 13 (Théâtre 13)

Maison de l’Auvergne

Palais de justice (Salons Harlay)

Mairie du VIIème

Mairie du Vème (Place du Panthéon)

Cité internationale des arts (Prix d’art contemporain - mai 2000)

Maison du Barreau (Hôtel de Harlay)

Galerie du Vert-galant

 

CANNES

DEAUVILLE

NEW-YORK

 

Ayant grandi auprès des sources du Massif Central, là « où la liberté et l’amitié font lueur dans les yeux des hommes » comme l’a si bien dit Henri POURRAT, je reste proche de la nature, fidèle à l’observation et à l’ouverture du cœur, pour traduire et faire partager mes émotions sur cette aventure exaltante de la vie.

 

Peindre c’est transposer sur la toile la VERITE de mon être.

 

J’aime brosser une toile en quelques heures.

 

Pour y arriver, je dresse une série d’esquisses, de recherches  d’harmonies, d’études de couleurs.

 

Ces travaux préparatoires sont souvent accompagnés de textes.

 

J’aime ECRIRE lors de la composition d’une toile.

 

L’ECRITURE m’aide à fixer les lignes du dessin qui traversent l’espace.

 

Et puis…

 

il y a ce moment intense de recueillement, de méditation solitaire qui engendrera l’effusion créatrice.

 

Alors, la COULEUR arrive et habite l’espace.

 

Peindre, c’est me griser des couleurs, faire vivre ce sang impétueux qui brûle mes veines.

 

La couleur, pour moi, est fondamentale pour accentuer le sentiment poétique, elle est un accompagnement puissant du sentiment.

 

La couleur est un chant sensuel.

 

Bleu de cobalt, jaune de Naples, bleu de Sèvres, carmin de Garance, ocre roux, bleu de manganèse, jaune acide, violet, mauve, bleu royal, blanc d’argent, vert anglais, blanc de zinc, bleu outremer, rouge magenta, blanc de titane, bleu cyan, jaune de cadmium, bleu de Prusse, bleu turquoise, - ce bleu qui me fascine – BLEU sans dimension, hors des dimensions comme disait Yves KLEIN, mais capable de rayonner intensément et de nous faire plonger jusqu’à l’extrémité de nos propres limites.

 

La couleur bleue incarne le chemin de l’infini où le réel se transforme en imaginaire…

 

J’aime brosser sur ma toile cette alternance de bourrasques et de « soleillées », violentes éclaboussées bleues qui, chassant l’ombre violette, ramènent de grands pans de lumière.

 

…Ombre et lumière, espoir et désolation, gloire et oubli, folie et quiétude.

 

Quelques flocons de blanc de titane ont blanchi la campagne, mais déjà sur la toile se dessinent les arbres qui rougeoient dans la tiédeur de l’atelier.

 

La toile monte, monte.

 

Elle va bientôt toucher le CIEL…

 

Peindre, c’est ouvrir par la force créatrice de la couleur un immense espace de poésie et de liberté.

 

La couleur, cette FEE aimante, insaisissable feu d’artifice qui transforme la toile de jute en reps, madapolam ou percale glacée.

 

Ma folie est, comme disait Sonia DELAUNAY, magicienne de la couleur, de vouloir que tout le monde soit poète.

 

Roland SOUCHON

Moments choisis avec une muse : esquisse d'un portrait

Alors qu'un nid de pensées sauvages invente la prière des cimes, le vent dessine une lettrine sur la main d'une muse :

 

Dis, raconte-moi :

 

Une date :

 

le 2 mars, le jour où ma mère m'a donné la vie.

Quelques flocons avaient blanchi la campagne, et, déjà les arbres rougeoyaient. Le printemps allait bientôt toucher le ciel.

Là s'est forgée une sensibilité propre à s'emmerveiller, exalter les couleurs, les odeurs, les saveurs ; mais aussi cohabiter avec les anges et les démons qui chuchotent tour à tour à l'oreille.

Enfin et surtout, remercier chaque jour notre divin Maître, le créateur.

 

Un chiffre :

 

44 - à la page 44 de mes livres, j'entends sonner pointu les voyelles et ronfler les uvulaires.

 

Un tableau :

 

L'amandier en fleurs de Bonnard

Le peintre Pierre Bonnard est avant tout un être de la sensation.

Par son travail incessant sur la couleur, il a rencontré de lumineuses vibrations et, notamment, ce fameux équilibre où fleurit la grâce.

Toute sa vie, sans se préoccuper des différents courants artistiques, il a poursuivi son infinie quête de la lumière et sa projection dans l'ombre bleue.

 

Un poème :

 

J'en choisis trois :

Hymne à la beauté de Charles Baudelaire

La lune blanche (la Bonne Chanson) de Paul Verlaine

et Liberté de Maurice Carême

 

Un peintre :

 

Paul GAUGUIN, le plus farouche des novateurs, le plus intransigeant des incompris. Malgé cela, Gauguin continue, trés sereinement, à peindre des fleuves oranges et des chiens rouges.

  "Ici, près de ma case, en plein silence, je rêve à des harmonies violentes dans ces parfums naturels qui me grisent."

P. Gauguin, mars 1899

 

Une musique :

 

La musique et les chants tsiganes

Ces fils du vent et du soleil ont inventé une musique à cueillir les étoiles. Leurs chants sont un hymne à la liberté et à la tolérance.

 

Un élément :

 

Le granite, la roche des Monts du Livradois et du Forez.

Elément le plus simple, le plus rudimentaire du globe, le granite, pierre de mes montagnes d'Auvergne, surgit le troisième jour de la Genèse... et, lorsque le feu s'invite, le granite porte l'empreinte des passions. 

 

Un arbre :

 

L'acacia : il faut aimer la compagnie des arbres, ils ont l'élégance du silence.

Le contact avec cet arbre me bonifie. Il a un tronc tracé de sillons rugueux, un bois imputrescible et pour épines, de redoutables aiguilles ; mais elles sont posées bien à propos pour protéger les fleurs sucrées, parfumées et d'une douceur inégalée.

Rugueux et velouté, voilà une harmonie pour cet arbre symbole de la renaissance et de l'immortalité.

L'acacia mérite bien cette rélexion de Saint Benoît, écrite au 12 ème siècle :

"Ce que je sais de la science de Dieu, je l'ai appris dans les bois. Je n'ai pas d'autres maîtres que les hêtres et les chênes."

 

Un animal :

 

L'ours : En lui, force et douceur se conjuguent. Il allie puissance et adresse. Il est aussi capable des plus grandes caresses...comme son amie l'abeille.

Et puis, je crois qu'il sait cueillir le mystère des grands espaces.

 

Un oiseau :

 

L'engoulevent

 

Parure de plumes grises, fleurs de lichen

Ton mimétisme en lisière

Cherche appui sur la bruyère

L'orbe de ton ombre pareil au moine couvert de son scapulaire

Avale le vent du crépuscule

Vol chaloupé et bec ouvert

Buvant la lune

Ton chant teinté de roussâtre

Fleurit l'ourlet herbacé.

                     R.S, 3 avril 2015

 

Une fleur :

 

L'iris...

Iris au coeur battant, tes corolles sonnent l'heure bleue dans les chants d'oiseaux et la nuit emprisonne ton parfum

Ami, entends-tu le murmure de la femme entr'ouverte sur ses pétales de soie ?

Viens, son coeur est un grand jardin où tu pourras cueillir l'aventurine

 

Un film :

 

La Belle Noiseuse de Jacques Rivette, avec Michel Piccoli et Emmanuelle Béart

Quatre heures de film et rien à jeter. Un peintre et son modèle dans l'acte vertigineux de la création. Un chef-d'oeuvre.

 

Un livre :

 

Choix difficile ; j'en retiens deux :

L'atelier du peintre de Patrick Grainville et Le testament amoureux de Serge Rezvani

 

Une couleur :

 

LE BLEU, cette immensité intime.

 

La couleur est un chant sensuel.

 

Ciel hurlant du bleu de Flandres

Couronne irisée du bleu céleste

Regard ténébreux de l'indigo

Stridence métallique du bleu de manganèse 

Réserve secrète de l'ultramarine

Eclat de faïence du bleu de Sèvres

Flot d'allégresse du bleu de cobalt

Immortalité du bleu cyan

Douceur sensuelle du pastel

Révérence de l'outremer.

R.S, 28 mars 2014

 

La muse s'approche pour une dernière question sur la réincarnation ?

 

Très simple, je choisis le papillon pour traverser la Terre et les Océans sur les ailes du vent.

 

Merci d'avoir supporté mes divagations, mes obsessions, mes caprices chromatiques.

Merci d'avoir bien voulu jouer avec moi au jeu des couleurs ; il est essentiel à toute vie.

 

Viens près de moi la Muse ; écoutons René Char :

 

"La lumière a un âge, la nuit n'en a pas. Arrêtons-nous près des êtres qui peuvent se couper de leurs ressources.

La beauté leur pose un chapeau de fleurs... et alors, sous les arbres, chantera la fontaine..."

 

Qu'est-ce que l'ART pour moi ?

L'Art donne épaisseur et noblesse aux traces, à la lumière et au vent

 

L'Art est un écho de la mystérieuse beauté qui habite notre quotidien

 

L'Art doit réunir esprit et matière. C'est cette notion intemporelle qui donne à la toile puissance et intériorité

 

L'Art est ce frisson qui court sur une touche de couleur et la résonance qu'il éveille

 

L'Art est l'harmonie des contraires

 

L'Art doit laisser fleurir la poésie et le mystère

 

L'Art confère aux choses éphémères l'éternité.

 

Please reload

© 2020 - Roland Souchon