Un lampuka à Marsaxlokk

Bacchus arrive à La Valette, capitale de Malte.

Le ciel est immense, grandi par le mistral.

Les cloches de la cathédrale Saint-Jean sonnent à se décrocher, enluminent la voûte en berceau jusqu'à l'oratoire où Bacchus rejoint soeur Soledad d'Abela, religieuse maltaise.

Un amour impossible avec un castrat lui a fait prendre le chemin de la Congrégation

de l'Oratoire.

Jeune et belle, férue d'art et d'histoire, elle a été autorisée à sortir du couvent malgré la règle.

Sa famille cultivée lui a donné le goût des arts, peinture, poésie et musique, fin du fin de la distraction, des plaisirs et de l'esprit.

Une fois éloignée de l'atmosphère de veille attentive, de contemplation et d'oraison, Soledad aime vibrer autour d'une oeuvre d'art, en compagnie d'une fougueuse jeunesse ou d'un chevalier expérimenté.

Elle sait qu'un excès de puritanisme peut conduire à l'aveuglement.

Bacchus est sous le charme de cette conteuse de talent qui lui narre le chef-d'oeuvre de Michelangelo Merisi, dit le Caravage, l'unique tableau signé du peintre fait chevalier de grâce par l'Ordre de Malte.

Sur le parvis de l'oratoire, l'atmosphère est festive, spirituelle mais aussi païenne avec ses vendeurs de confettis et de nougats ; tout ce beau monde est encore baigné de l'odeur âcre et sucrée de l'encens.

Les esprits s'enroulent autour du clair-obscur et de l'épisode biblique peint par le Caravage lorsqu'un canon tonne près de l'échauguette de Senglea.

C'est l'heure pour soeur Soledad d'Abela de rejoindre le couvent.

Cachant sous le voile de profonds yeux noirs, sa séduisante silhouette agite un mouchoir de dentelle pour dire adieu à Bacchus.

Dévalant les escaliers jusqu'au quai Victoria, Bacchus retrouve Mattia, marin-pêcheur.

Le temps de déguster une kinnie, boisson nationale à base d'oranges amères et de plantes aromatiques, et ils rejoignent Marsaxlokk, port de pêche ancré sur la façade orientale de l'île de Malte.

Marsaxlokk, ce nom aux sonorités étranges, signifie - la baie du sirocco - en raison du vent torride venu du désert d'Afrique qui fait danser une ribambelle de "luzzu" dans la baie.

Mattia est fier de son "luzzu", bateau de pêche traditionnel aux couleurs vives avec l'emblématique oeil d'Osiris de part et d'autre de la proue.

Mattia amène Bacchus déguster un lampuka à La Capanna, auberge située sur le port de Marsaxlokk.

Le lampuka, poisson à chair blanche et fine, typique de la cuisine maltaise, est servi grillé, lové dans une tourte accompagnée d'épinards et d'olives.

Le lampuka est un poisson migrateur, sorte de daurade dont les bancs innombrables défilent le long des côtes maltaises.

Survivance d'une tradition ancienne, la pêche des lampuki se pratique aujourd'hui de la même manière qu'à l'époque des Romains.

Lorsque la saison approche, les pêcheurs cueillent et assemblent les plus basses branches de palmiers pour en faire des radeaux plats qui, remorqués en haute mer, flottent au gré des vagues. Les lampuki y trouvent un abri contre le soleil et se rassemblent à l'ombre des radeaux. A ce moment, les pêcheurs les enveloppent de leurs filets.

Mattia a soif.

Bacchus tire de sa besace l'ambroisie, fruit de la vigne récolté sur l'île de Gozo toute proche :

une cuvée Caravagio, 2007

Malta - D.O.K, cépage chenin blanc

Ce vin blanc aux arômes de citron vert est servi frais à 10-12° C.

Pour clore les agapes, une affriolante maltaise vient glisser, avec le café, des qubbjats, nougats au sucre craquant de caramel, parfait équilibre avec la douceur de la pâte d'amande.

Aimantés par cette baie où débarquèrent les premiers Phéniciens, Bacchus et Mattia reviennent vers les pêcheurs qui, vouant une fidélité indéfectible à leur archipel natal, ravaudent leurs filets.

Tandis qu'une voile blanche quitte le port, le sirocco apporte la voix incandescente de Omar Khâyyâm :

" Bois du vin, c'est lui la Vie éternelle

Bois du vin, car tu dormiras longtemps sous l'argile,

Sans un intime, un ami, un camarade, une femme ;

Veille à ne jamais dire ce secret à personne : les tulipes fanées ne refleuriront jamais.

Bois du vin, c'est lui la Vie éternelle. "

Goûte, Goûte, Goûte,

Goûte compagnon,

Lève ton verre et nous le remplirons.

A bientôt compagnons du bousset, je vous retrouverai, au solstice d'été, en Catalogne.

CORTO MALTESE, dessin d'Hugo Pratt

extrait de la bande dessinée "Sous le drapeau des Pirates"

édition Casterman, 1991

Corto Maltese : Héros de bande dessinée (B.D)

Dans l'imagination d'Hugo Pratt, son père spirituel, Corto Maltese, est né le 10 juillet 1887 à La Valette, capitale de Malte, d'un père marin britannique originaire de Cornouailles et d'une mère gitane, née à Séville. Un sacré mélange de sang celte et gitan.

Corto Maltese est donc, comme son père, un sujet britannique puisque Malte appartenait à l'Empire britannique à cette époque.

Corto Maltese a le courage, l'esprit hardi et le désintéressement des chevaliers.

La bande dessinée est la fusion de deux modes d'expression distincts, l'image et le texte.

Elle s'est forgée un langage original avec le ballon (avec calligraphie du texte) - le cadre - l'image narrative - et la couleur qui joue un rôle important en matière d'esthétique.

***

Rodolphe Töpffer, un maître de pensionnat suisse, compose, en 1827, pour distraire ses élèves, sept histoires en images.

Töpffer fait école.

En France, ce sont les magazines illustrés qui accueillent les premières bandes dessinées (la semaine de Suzette, Bécassine, cette robuste bretonne un peu candide, les Pieds nickelés-Filochard,Croquignol et Ribouldingue-, Tarzan, Popeye)

La bande dessinée américaine vient avec Mickey Mouse.

Arrive Tintin, succés planétaire, qui naît à Bruxelles, le 10 janvier 1929, sous le crayon de Hergé (pseudonyme de Georges Rémi).

La Belgique se distingue à nouveau avec le journal de Spirou et son Marsupilami.

Une lacune est comblée avec le cow-boy Lucky Luke.

Ah! les voilà les Schtroumpfs, la tribu des lutins bleus.

Puis la France fait sa révolution avec Pilote, le journal d'Astérix et d'Obélix.

La parution de Corto Maltese dans Pif-Gadget, en 1970, est à l'origine de la célébrité de Hugo Pratt en France.

Viennent les bandes dessinées pour adultes : L'Echo des Savanes, Métal hurlant et Fluide glacial.

Avec les années 1970, le 9 ème art prend son envol international. Ranxerox déclenche un tollé de la censure en révélant de grands illustrateurs dont Liberatore.

Dans les années 1980, le succés de la bande dessinée érotique se confirme avec Philippe Bertrand (Linda aime l'art).

Avec les années 1990, les japonais déferlent avec les mangas, enthousiasmant les adolescents. La production manga est avant tout une industrie employant 3000 dessinateurs.

Installés dans des lieux superbes, à l'architecture novatrice, les centres de la bande dessinée de Bruxelles et d'Angoulème sont uniques en Europe et témoignent de l'officialisation de la BD au rang du 9 ème art.

A l'affiche
Chroniques récentes
Archive

© 2020 - Roland Souchon