Une voyelle bleue

 

               déplie ses ailes en mer Egée,

                           brassée d’azur sur l’écharpe d’Iris.

         

                 Au loin, une voile blanche

                            éclaire la proue de nos rêves…

Sa plume ailée glisse sur les initiales du vent, s’en va et revient vers les rives de liberté de son île de Lesbos.

Sapho est là, inspirée.

Sur sa nuque, quelques boucles rebelles chevauchent la grâce d’une épaule dénudée.

Tout en elle vibre.

Naissent pensée, idée, imagination ; une énergie virile éclairée par la poésie.

Sa plume s’allume de mille couleurs : azur, vermillon, ocre, violine, vert, pourpre, jaune et toujours ce bleu outremer.

Sapho sculpte l’odorante rime, métamorphose les tourments, s’embrase vers les joies du mystère.

Son porte-plume hésite, compose, recompose, monte, descend, rature, retourne à la marge et s’immobilise pour écouter la mélodie du temps qui fuit.

La source devient estuaire.

 

Pourquoi vouloir toujours tout expliquer, tout comprendre. Laissons grandir l’indéchiffrable mystère.

La poésie n’a pas d’âge ; elle est présence et ne s’efface jamais.

Chaque seconde est éternelle quand chante une couleur sur les mots.

 

Plume lumineuse, pétrie de feu et d’amour, Sapho sourit.

Son encre bleue revêt des alliances subtiles, irisées, pareilles aux ailes du papillon Morpho.

Le ballet des sens s’éveille à nouveau.

Point de maquillage, le plus vrai de son être est mis à nu.

Le réel est ailleurs.

Calliope l’accompagne avec son chapeau fleuri.

Floraisons d’enthousiasme et de sensualité, ainsi est venue Sapho la divine.

Cueilleuse de safran sur la chevelure des sirènes, elle est la fleur sacrée de Lesbos apportant le mystère de la beauté dans ses escortes joyeuses et arpèges enivrés.

Sur une prairie fleurie d’asphodèles demeure son bouquet :

            «  J’ai servi la Beauté

                Que peut-il y avoir de plus grand ? »

 

Le crépuscule descend et drape ses ailes qui rougeoient.

C’est ce moment qu’elle a choisi pour s’échapper vers les cimes étoilées.

Tout s’évapore, l’inexprimable prend corps.

Sur le miroir de la transparence diaphane du silence, elle a laissé ces traits de plume pour vaincre l’indifférence :

 

                           Bleu

                                            Impromptu

                                                                        Hôte du vent

                                                                                                     Parfum de lumière

 

Sapho, ta poésie est une perle de rosée sur les lèvres de la liberté.

 

                                                                                                                                                                                                                                             Morpho   

 

                                                                                                                                                    

 

* Sapho ou Sapphô est née en 630 av. J.-C. à Mytilène, chef-lieu de l’île de Lesbos en mer Egée. Elle a donné son dernier baiser vers 580 av. J.-C.

    Méconnue, sulfureuse, Sapho est une poétesse lyrique de légende.

      Elle fit scandale à Athènes, mais Platon et Plutarque la célébrèrent.

      Elle demeure l’inspiratrice des plus grands poètes latins.

     De son œuvre restent des fragments de poèmes retrouvés enfouis dans les sables. Subsistent 9 livres de poèmes célèbres dans l’Antiquité. Ils chantent la passion et le désir. Sapho a consacré son œuvre à la déesse Aphrodite.

                                                                         

 

 

Ode à Sapho

© 2021 - Roland Souchon