Auprès de mon arbre

En voir plus

H O M M A G E   à   L’ A R B R E

 

Avant son exécution, enfermé dans son cachot, Danton s’écria : « Ah ! si je pouvais voir un arbre ! »

 

« La Nature n’a jamais eu deux arbres identiques même de la même espèce. »  Léonard de Vinci

 

                                                                                    °           °          °

 

Platane de Gortyne, olivier de l’Acropole d’Athènes, séquoia immortel du Yosémite, sapin du Haut-Livradois,

 

                                                                                          Ô arbre,

                                                                                                énergie du monde,

                                                                                                          perpétuelle âme en quête de la mémoire de la terre.

 

ARBRE, passeur entre la terre et le ciel

                       De l’or de Brocéliande au bois de Montfermeil, tu viens inspirer la plume de Victor Hugo, le pinceau de Dürer et recueillir les confidences des nymphes d’Ovide.

 

ARBRE, si le vent rejoint ton houppier, tu fais chanter le loriot et s’envoler le geai.

 

ARBRE, la sève du printemps sur la lyre d’Orphée vient exalter ta chevelure.

 

ARBRE, le sourire d’une hamadryade met ton cœur en joie lorsque vient la trille verte et rouge du houx.

 

ARBRE : Le grand chêne de Courbet rêve, silencieux, à l’origine du monde.

 

ARBRE : Jour et nuit, le tilleul enracine ses joies et ses peines pour offrir ses charmes aux abeilles de l’été.

 

ARBRE, figure du temps qui passe et du temps qui vient.

 

ARBRE, continue à garder le secret des hautes futaies.

 

ARBRE, refuge de Daphnis et Chloé ; si les baisers murmurent sous ton aubier, tu deviens déesse, fusion de la féminité et du végétal.

 

ARBRE peuplé d’abeilles et de papillons, Philémon s’imagine chêne et Baucis devient tilleul.

 

Tel un portrait, je peins mon ARBRE, créature enfantée au chant de l’aube, nourrie de chants d’oiseaux.

 

TOI, mon ARBRE au chapeau de lumière, puissance de silence et d’enracinement.

 

                                                                                                                                          R S, avril 2020

© 2020 - Roland Souchon